Projet PRIMA

Enseignement de l'allemand par immersion précoce dans le canton de Neuchâtel

Lancé en début d’année scolaire  2011-2012 afin de renforcer l'apprentissage de l'allemand au niveau cantonal, le projet pilote PRIMA a impliqué la mise en place des classes d'enseignement précoce de l'allemand par immersion partielle, dans un premier temps pour les élèves de 4 et 5 ans (1e  et 2e  années).

L'expérience s'inscrit dans le cadre de l'enseignement des langues à l'école obligatoire et  doit permettre d’en dynamiser l'apprentissage, en soutenant les compétences linguistiques des élèves dès leur plus jeune âge. Depuis 2011-2012, les classes concernées par le projet (classes PRIMA) se sont ouvertes progressivement sur les années 1 à 9 de 11 établissements. Les communes participant à cette expérience pilote sont actuellement La Chaux-de-Fonds, Cornaux, Le Landeron, Neuchâtel et Val-de-Ruz. Dès la prochaine rentrée scolaire, le projet sera étendu au Val-de-Travers.

Depuis le début de la mise en œuvre, les classes PRIMA ont dû répondre aux mêmes critères que les classes ordinaires, ceci en termes d'hétérogénéité, d'effectifs, d'horaires et d'objectifs d'apprentissage.


En août 2018, le canton de Neuchâtel compte 30 classes PRIMA pour un total d'environ 580 élèves. Une éventuelle extension du projet à tous les centres scolaires passera notamment par l'engagement futur d'enseignant-e-s bilingues.

Spécificités de l’enseignement en classe PRIMA

  • En général, prise en charge par un duo de généralistes et partage du temps d'enseignement en français et en allemand, selon le principe "une personne - une langue". Le modèle "une personne – deux langues" est également possible.

  • En 1e et 2e  années, l'enseignement en immersion en allemand se fait sur 50% du temps scolaire, alors que dès la 3e année, il concerne 15% à 30% du temps, auquel vient s’ajouter, dès la 5e année, l’enseignement de l’allemand en tant que discipline scolaire.

Nécessités du projet

  • Engagement d'enseignant-e-s bilingues.

  • Mise en place de formations spécifiques.

  • Compilation d'un matériel didactique conséquent, de directives et de modalités d'organisation.

  • Constitution et suivi de classes PRIMA.

Suivi scientifique :

  • Par l'Institut de recherche et de documentation pédagogique (IRDP) en 2011-2012 et 2012-2013, en collaboration avec la plateforme "Recherche" de la HEP-BEJUNE, ainsi que par une experte externe de l'Université de Grenoble. En collaboration également avec l'Association européenne de l'Éducation (AEDE) et son projet SCALA Précoce.

  • Mise en place d'un nouveau suivi dès la rentrée scolaire 2015-2016 pour les classes de 5e année, qui s’est prolongé progressivement pour les classes de 6e, 7e  et 8e année jusqu'en 2018-2019. Celui-ci permet notamment d'analyser les aspects liés à la pédagogie et aux compétences des élèves concernés par l'immersion, par rapport aux autres élèves. Les compétences disciplinaires des élèves, ainsi que les compétences stratégiques et transversales, sont évaluées.

Soutien et subventionnement 

Le déploiement du projet PRIMA est subventionné par l’Office fédéral de la culture dans le cadre de l’article 10 de l’Ordonnance sur les langues (OLang du 4 juin 2010), ainsi que par l’agence nationale movetia  en charge de la promotion des échanges et de la mobilité. La Fondation Moser soutient également le projet, notamment en ce qui concerne l’organisation de camps.